En quelques années, le marketing d’influence est devenu un outil majeur des stratégies marketing digitales. 92% des marketeurs ont utilisé ce levier en 2017 et en étaient satisfaits. Près de 40% des entreprises interrogées par Linquia, pour son étude The State of Influencer Marketing 2018, prévoyaient d’ailleurs d’augmenter leurs budgets en 2018.

Mais en à peine 3 ans le marketing d’influence a aussi énormément évolué, laissant dans son sillage son lot d’idées reçues encore largement véhiculées par beaucoup de professionnels du secteur.

En discutant avec nos clients nous avons remarqué que certains aprioris bridaient les marketeurs dans leur approche de l’influence. Nous avons donc tenu à rectifier ces idées reçues pour vous éviter de faire fausse route et vous aider à tirer pleinement profit de vos campagnes d’influence en 2018.

 

Idée reçue n°1 : L’influence est directement corrélée aux nombre d’abonnés

 

Plus un influenceur aurait de followers et plus il serait influent.. détrompez-vous ! L’influence ne se mesure pas au nombre d’abonnés, bien au contraire. Certes, les macro-influenceurs offrent notoriété et visibilité à votre marque mais les micro et nano-influenceurs enregistrent les taux d’engagement les plus élevés. Pourquoi ? car ils s’adressent à des audiences moins importantes mais plus  qualifiées. A vous de déterminer vos priorités de campagne en amont (visibilité versus conversion) afin d’identifier les influenceurs qui vous aideront à atteindre vos objectifs.

Idée reçue n°2 : Les influenceurs sont des amateurs

 

Elle est loin l’image des ados qui se filment dans leur chambre à la webcam… Les influenceurs aujourd’hui sont de véritables créateurs de contenus. Photographie, vidéo, copywriting, montage, community management… ce sont des pros du web capables de gérer une campagne de A à Z. Quant aux micro et nano-influenceurs, ils ne sont pas en reste : il suffit de regarder les stories Instagram de vos amis pour comprendre que tout le monde a désormais les moyens de créer des contenus de qualité professionnelle en quelques secondes avec un simple smartphone. Et si vous avez peur que les gens manquent de créativité, détrompez-vous. Chez Teester nous sommes surpris chaque jour par les vidéos réalisées par vos clients ! La preuve en images avec cette vidéo réalisée par Maxence, un jeune gamer de 13 ans : 

Idée reçue n°3 : Le marketing d’influence n’est pas scalable

 

Il est parfaitement possible de créer des programme d’influence à grande échelle comme l’a fait ASOS avec son club ambassadeur. En revanche cela nécessite de la préparation pour sourcer, profiler et recruter les bons influenceurs pour votre marque. Il existe également des solutions pour automatiser vos campagnes d’influence. Chez Teester nous avons développé Up&Cast pour automatiser la création et la diffusion de vidéos de consommateurs directement depuis votre site e-commerce (c’était l’instant promo 😉).

 

Idée reçue n°4 : Les influenceurs sont des panneaux publicitaires

 

Les marketeurs qui voudraient utiliser les influenceurs comme des canaux pour diffuser leurs contenus publicitaires ont tout faux ! Les influenceurs sont des créateurs de contenus et les utiliser comme simple média pour diffuser votre marketing est voué à l’échec. Organisez des campagnes originales et laissez la créativité des influenceurs s’exprimer. Vous serez les premiers gagnants !

 

Idée reçue n°5 : Le marketing d’influence sert un seul objectif : la visibilité

 

Cette idée nous vient des débuts du marketing d’influence : à l’époque les marques travaillaient exclusivement avec les célébrités pour toucher leurs audiences massives. Elle ne s’applique plus aujourd’hui car les influenceurs ont évolué ainsi que la manière dont leurs contenus sont utilisés par les marques. Vous pouvez toujours accroître votre reach avec une campagne d’influence, mais vous pouvez aussi améliorer le SEO de vos pages web, augmenter le taux de conversion de votre site e-commerce, rassurer les consommateurs pendant leur parcours d’achat et générer du social shopping en encourageant vos prescripteurs à parler de vous sur leurs réseaux sociaux.

 

Idée reçue n°6 : Les résultats du marketing d’influence ne sont pas mesurables

 

Taux d’engagement, nombre d’impressions, nombre de clics, achats effectués via des liens trackés, backlinks SEO… Les campagnes d’influence sont aujourd’hui facilement mesurables, à vous de faire un suivi des bonnes datas pour calculer votre ROI.

 

Idée reçue n°7 : Le marketing d’influence remplace le marketing classique

 

Faux, les deux vont de pair. Il ne faut pas délaisser les leviers marketing historiques (retargeting, rédaction SEO, SEA, Social Ads ….) mais plutôt y intégrer vos stratégies d’influence comme un moyen supplémentaire pour rassurer les consommateurs et augmenter vos ventes.

 

Idée reçue n°8 : Le marketing d’influence coûte cher

 

Encore une fois, tout dépend de vos objectifs : si vous souhaitez vous faire connaître en vous faisant sponsoriser par une célébrité, cela risque de vous coûter bonbon. Mais si vous voulez simplement être recommandés par vos meilleurs clients pour convaincre d’autres consommateurs, alors aucun doute que le marketing d’influence est accessible pour tous les budgets. Il suffit de bien cibler vos influenceurs. Vous devez privilégier la qualité à la quantité en collaborant avec des influenceurs pertinents pour vos audiences. Si votre budget est limité, priorisez les micro et nano-influenceurs, aux communautés engagées, pour promouvoir vos produits avec un marketing authentique et convaincant.

 

Idée reçue n°9 : Le marketing d’influence ne fonctionne que pour les biens de grande consommation

 

Faux ! Aujourd’hui tous les secteurs travaillent sur des stratégies d’influence : l’assurance, le tourisme, et les services aux entreprises B2B investissent dans des stratégies de micro et nano-influence pour rassurer leurs clients avec les témoignages de leurs ambassadeurs. Peu importe le produit ou le service, tous les clients se renseignent en ligne avant achat, et quand on sait que 72% des consommateurs recherchent systématiquement des vidéos avant d’acheter en ligne, on comprend pourquoi des secteurs jugés plus traditionnels se mettent au marketing d’influence.

 

Idée reçue n°10: Le marketing d’influence, c’est so 2015

 

Le marketing d’influence n’est pas près de s’essouffler. D’après une récente étude Linquia, The State of Influencer Marketing 2018, en 2018, 92 % des marketers qui ont utilisés le marketing d’influence dans leur stratégie en 2017 ont trouvé ce levier efficace. 39% des entreprises vont d’ailleurs augmenter leur budget dédié au marketing d’influence.

En revanche, si le marketing d’influence ne s’essoufle pas, il évolue très vite : les influenceurs sont de plus en plus segmentés : méga, macro, micro et nano-influenceurs se partagent désormais les parts du gâteau. Et comme les consommateurs sont désormais bien au fait des codes du marketing d’influence, les marques doivent adapter leurs stratégies pour offrir des expériences authentiques à leurs clients.

 

Idée reçue n°11 : À chaque campagne son influenceur

Bien évidemment, il faut adapter votre sélection d’influenceurs à vos campagnes suivant l’offre ou le produit qu’ils doivent mettre en valeur. Mais il ne faut pas négliger la relation que vous entretenez avec vos influenceurs. Investissez sur la durée et engagez les sur une collaboration durable et bénéfique pour les 2 parties. In fine, l’objectif du marketing d’influence est bien de transformer vos consommateurs en ambassadeurs et ce sur le long terme pour diffuser un message crédible, authentique et convaincant.

 

Vous souhaitez en savoir plus ?

Laissez-nous vos coordonnées et nous vous contacterons dans les plus brefs délais.

Share This
Lire les articles précédents :
ugc-manager-marketing
Qui sont les “User Generated Content Manager” et pourquoi les entreprises en ont-elles de plus en plus besoin ?

Fermer